1809. Le système napoléonien s’est emballé et déréglé. Son infaillibilité est remise en question. La situation est grave. L’orage gronde. L’Autriche, entraînée par le parti de la guerre, veut une revanche éclatante, espérant voir toute l’Allemagne se soulever à son appel. Sous la pression des événements, Napoléon a quitté précipitamment l’Espagne qu’il a stabilisée mais sûrement pas pacifiée et, en quelques jours, a rejoint Paris où l’on intrigue. L’opposition parlementaire a en effet relevé la tête, pensant pouvoir s’appuyer sur la morosité de l’opinion. Talleyrand et Fouché, les deux ennemis encore hier irréconciliables, se sont spectaculairement rabibochés pour, dit Metternich, être « prêts à prendre le gouvernail dans le moment où le premier choc du vaisseau renverserait le pilote lui-même ». Mais si l’Empereur réussit à juguler les ambitions à l’intérieur, il ne parvient pas à éviter l’affrontement à l’extérieur avec cette cinquième coalition stipendiée par l’Angleterre. Ce sera donc la guerre. Ce sera également le début de la période des victoires difficiles. Cependant, il y a pire encore : un complot aux ramifications extraordinaires s’est constitué et menace le fondement même de l’Empire. Comme l’écrira le général baron Pelet, cité par Emmanuel de Las Cases dans Le Mémorial de Sainte Hélène, « la cinquième coalition se présent[a] tout à la fois guerrière et conspiratrice. Soumise à la direction machiavélique du ministère anglais, tout lui sera bon. »

Horace, à peine remis des blessures physiques et morales qu’il a reçues à Saragosse, est affecté à l’armée d’Italie qui est bien mal entrée en campagne. Malgré lui, iI sera bientôt entraîné dans une spirale infernale d’où surgiront, tel un irrésistible cauchemar, des ennemis implacables qu’il connaît trop bien et qui chercheront sa mort. Dans le fracas des batailles, sur la Piave, en Dalmatie et jusqu’au cœur de l’Autriche, aidé de ses fidèles compagnons, Jules, La Grogne, Mort Subite et Jean Jean, guidé par l’amour de Marìa, il devra dénouer les fils de cet incroyable complot. Il est loin d’imaginer que tous ces événements le mèneront à l’une des plus gigantesques batailles des guerres napoléoniennes, incontestablement un tournant dans leur histoire : la bataille de Wagram.